CONSEILS D’UTILISATION POUR LES MASQUES BARRIÈRES EN TISSU

Les masques en tissu sont destinés à un usage “grand public”. Ils ont pour objectif de limiter la propagation du virus par les postillons.

Pour être efficace, ce dispositif doit recueillir l’adhésion du plus grand nombre : ainsi, si chacun porte son masque, on se protège mutuellement.

Ces masques n’ont pas vocation à être utilisés par des soignants au contact direct de malades.

Ils sont un complément aux autres mesures barrières qui doivent donc être poursuivies.

UTILISATION 

Avant la mise en place du masque, se laver les mains avec de l’eau et du savon ou avec une solution hydro-alcoolique.

Le masque doit être positionné et ajusté sur le visage de façon à couvrir le nez et la bouche.

Une fois positionné, le masque ne doit plus être touché jusqu’à son retrait.

S’il était touché par inadvertance : se laver les mains avec de l’eau et du savon ou avec une solution hydro-alcoolique.

Le masque ne doit, en aucun cas, être abaissé, même transitoirement.

Le masque est à laver ou à changer s’il devient humide ou après chaque utilisation.

La durée de port ne doit pas dépasser 4 heures.

Se laver les mains avant de retirer le masque et immédiatement après l’avoir retiré.

Pour le retrait, ne pas toucher la surface du masque qui est potentiellement contaminée mais le retirer en le prenant par l’arrière des élastiques.

Si le masque ne peut être lavé immédiatement, il doit être stocké dans un sac plastique propre en attendant d’être lavé.

Le sac plastique sera, quant à lui, jeté dans une poubelle.

LAVAGE

Le lavage se fait en machine avec de la lessive à 60 degrés pendant au moins 30 minutes.

Puis attendre le séchage complet du masque avant une nouvelle utilisation.

Bien se laver les mains avant et après la manipulation du masque.

Il n ‘est pas recommandé d’utiliser de l’alcool, de l’eau de javel ou autre produit chimique pour laver le masque au risque de détériorer le tissu.

Pour toute information complémentaire, vous pouvez demander conseil à l’un des médecins de la commune, aux infirmiers et infirmières ou à la pharmacienne.

Merci au Docteur Grégory PATTYN pour ses conseils avisés.