Skip to main content

Le 20 mars dernier nous quittait Nathan Sapir

By 13/05/2022mai 17th, 2022Actualité

Le 20 mars dernier nous quittait Nathan Sapir, figure de Levens, son village de cœur auquel il a beaucoup apporté.Tous les levensois connaissent « Les Lauriers Roses », établissement de Soins de Suite et Réadaptation et EHPAD. Savent-ils qu’il fut fondé en 1965 par l’Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs pour soigner les pathologies des combattants et déportés et que dès l’ouverture, Nathan Sapir en fut le directeur.Les plus anciens, dont les enfants fréquentaient le collège de Tourrette Levens, à ses tout débuts dans les années 70, se souviennent sûrement qu’il fût le président du Conseil Départemental des parents d’élèves Fédération Cornec.Et personne n’ignore son rôle actif au sein de l’AMSL avec l’organisation « Et si on en parlait », sortie de son imagination et qui se démarquait par son originalité. Cette section avait pour vocation de créer du lien et d’informer les habitants. De nombreuses conférences-débats y ont été organisées autour de thèmes sociétaux d’un grand intérêt (l’euro, la justice, la prévention de la délinquance juvénile…) Un cyber espace a été ouvert pour assurer la formation des levensois de tous âges à l’informatique. Et un journal à thème paraissait régulièrement, distribué gratuitement à tous ; il donnait l’occasion aux volontaires d’exercer leur plume et permettait de confronter des points de vue.Voilà tout ce que les levensois doivent à Nathan Sapir, sans oublier les cafés généreusement offerts sur la place du village à tous ceux qui passaient par là.Et si…… maintenant on lui laissait encore une fois la parole : n’est ce pas le plus bel hommage à celui qui aimait tant parler et convaincre.A propos de ses objectifs aux Lauriers Roses« il faut rechercher pour le convalescent les activités qui lui éviteront de penser inutilement à son problème. Il faut qu’il existe une ambiance qui chasse les pensées nuisibles ».- Sur son engagement auprès des parents d’élèves :« Nous luttons uniquement pour défendre l’intérêt matériel et moral des enfants »- Dans le journal Et si..« D’être un Don Quichotte, je le revendique, ne m’accommodant pas des injustices. Le soleil brille pour tout le monde mais pas avec la même luminosité. Il y a des gens qui assistent au triste spectacle sans rien dire, sans rien voir et ceux qui ne savent plus comment s’exprimer pour être entendus »Et enfin cette phrase de Victor Hugo dont il avait fait sa devise et qui le définit le mieux :« Ceux qui vivent sont ceux qui luttent ».texte rédigé par Mme Bailly et validé par Mme Pauline Sapir

X