La Métropole Nice Côte d’Azur poursuit son engagement de restructuration en matière d’assainissement sur son territoire, avec la station d’épuration de Levens

qui traite les effluents domestiques des quartiers du Rivet et de la Gumba.

Après sa mise en service en 1977, il était nécessaire d’engager un programme de réhabilitation et d’extension de cette station pour répondre au mieux aux nouveaux enjeux environnementaux et aux ambitions de la commune. De plus, cette station permet le traitement des matières de vidange et des boues externes provenant des stations d’épuration de Saint-Blaise et de Duranus.

Ce chantier, d’une durée  de 15 mois, pour un montant global de 3.691.645 €HT à la charge de Métropole Nice Côte d’Azur comprenant une subvention de l’Agence de l’Eau, a permis notamment d’augmenter la capacité de la station, passant de 3.000 équivalents-habitants à 6.350.

Plan-du-Var-la-porte-de-nos-valleesDans l’immeuble,  7 appartements ont été remis en état et entrent dans le programme local de l’habitat pour la création de logements sociaux. Ils sont aujourd’hui tous loués.

reidence-la-treille-levens_480_320_s

« La Treille 1 »

Au coeur du village, 5 logements locatifs

 

 


la Treille

« La Treille 2 »

Au coeur du village, 12 logements locatifs ont été inaugurés
à l’occasion de notre Fête Patronale la Saint Antonin le
mercredi 2 septembre 2015 et livrés le 5.

 

 

immeuble faraut

« L’Immeuble 2 rue du Docteur Faraut »

5 logements sociaux et 3
commerces en location réalisés et financés par la
municipalité devraient être terminés fin 2015.

 

 

les maisons du rivet

« Maisons du Rivet »

Réalisation de 29 logements en 4 bâtiments.

270323_193813460671074_5323557_n559933_683552831697132_1462962086_n251694_188248651227555_517561_n269979_193812767337810_3973300_n

Création d’une ferme fromagerie laiterie à Porte Rouge : construction du bâtiment agricole et d’une habitation pour l’éleveur.
Coût de l’opération : 1 200 000 €.

Un merlon contre les blocs rocheux

Les travaux de confortement de la falaise au-dessus du hameau de Plan du Var, engagés en février 2012, sont achevés. Les habitations et commerces situés en contrebas de la falaise sont désormais protégés des centaines de blocs menaçant de se détacher.

Le risque d’éboulement menaçait également l’alimentation en eau potable d’une partie de la région niçoise, avec des risques de coulée boueuse dans le canal de la Vésubie en cas de rupture.

La structure est ainsi salutaire pour les populations, mais également pour les activités, puisqu’elle protège la RM 202 et la voie des Chemins de fer de Provence, axes vitaux pour l’économie du moyen et du haut pays. L’opération, portée par le SIVOM Val de Banquière (1), représente un investissement de 1.669.633 € (2).

Des écrans pare-blocs ont été installés par hélicoptère sur le flanc de la montagne. Au creux de la vallée a été construit un merlon (digue de terre) de 7 mètres de hauteur, 150 mètres de longueur et 15 mètres de largeur. Destiné à amortir les éventuelles coulées de blocs sur le hameau, il a été végétalisé afin d’en limiter l’impact visuel. Enfin, des instruments de surveillance ont été mis en place sur certains pans de falaises permettant de détecter les mouvements des blocs.

(1) Syndicat intercommunal regroupant les communes d’Aspremont, Castagniers, Colomars, Duranus, Falicon, La Roquette sur Var, La Trinité, Levens, Saint-André de la Roche, Saint-Blaise, Saint-Martin du Var et Tourrette-Levens.

(2) 508.493 € du Conseil général, 417.408 € de l’Etat, 416.040 € du SIVOM Val de Banquière et 327.692 € de la Région.

PIT_1025PIT_1001

AMENAGEMENT DE LA LIGNE DROITE DES PRES

D’un montant de 542.376 € TTC à la charge de la Métropole Nice Côte d’Azur et de la commune de Levens, ces travaux permettront :

• de rétablir le gabarit des voies de circulation en permettant le croisement des bus et poids-lourds,
• de sécuriser les cheminements piétons,
• d’optimiser le stationnement,
• d’améliorer la sécurité aux abords du Grand Pré
• et enfin de qualifier l’entrée de l’agglomération.

Aménagement du site du « Rivet ».
Création d’un nouveau complexe sportif et socioculturel
projet rivet

Les différentes activités et productions:

– Moulin à farine dans les années 1950: activité arrêtée car plus de culture de blé dans le ressort de la coopérative.

– Moulin à huile tel qu’il existe aujourd’hui et en activité.

– Fabrication de pâte d’olive à partir d’olives salées et huile d’olive.

Un Conseil d’Administration de 12 membres administre la Coopérative.
Le matériel de production d’huile d’olive est très performant et de type “chaine Continue”.
le moulin dispose de l’agrément des  services de l’Agriculture renouvelable chaque année et indispensable à ses activités.
Cette autorisation est donnée au moulin au vu de la comptabilité visée par un Cabinet Comptable.
Elle est fréquentée par les porteurs de parts au nombre de 400.
Chaque année l’Assemblée Générale des coopérateurs prend les décisions sous forme de “Résolutions”.
une moyenne de 150 tonnes d’olives sont, triturées chaque année.

Un établissement qui réponds aux besoins des personnes présentant des troubles du spectre de l’autisme

www.abaautisme.org

Le projet global de sécurisation de l’alimentation en eau du Moyen Pays franchit une nouvelle étape avec l’inauguration de l’usine Font de Linier à Levens, en lieu et place de l’ancienne installation « Polonia ».

Cette nouvelle usine produit jusqu’à 10 000 m3 d’eau potable avec une filière de traitement améliorée. D’une capacité plus importante que la précédente, elle s’intègre dans le dispositif de sécurisation de l’ancien canton de Levens, déployé par la régie Eau d’Azur. Les 3 ressources de Plan du Var, Joseph Raybaud et Font de Linier alimentent aujourd’hui une vaste zone interconnectée, assurant à chaque commune du canton la sécurité d’une deuxième ressource.

Soucieuses de protéger l’environnement exceptionnel du Moyen Pays, la Régie Eau d’Azur et la Métropole ont pris soin de protéger le site et l’ensemble des espèces naturelles qu’il abrite durant les travaux.

Conformément aux engagements pris dans le cadre du Plan Climat-Air-Energie Territorial métropolitain 2019-2025, le rendement de production va être revu à la hausse et la consommation énergétique sera optimisée. Une filière de traitement des boues, permettant à l’usine de diminuer les rejets au milieu naturel, a également été mise en place.